Libre, gratuit et de qualité ?

Pour beaucoup un logiciel libre c’est un logiciel gratuit.

Ça s’explique en partie parce que, en anglais, on appelle ça un « freeware », dont le « free » a un double sens. Celui de libre, mais aussi celui de gratuit. Mais encore, et probablement surtout parce que de très nombreux logiciels libres sont également gratuits…

Mais un logiciel gratuit, un « graticiel » comme on le voit parfois écrit, n’est pas nécessairement libre. En fait, ça n’a pas grand chose à voir, d’autant qu’un logiciel libre peut être payant !

Libre, parlant de logiciel, c’est une notion liée réellement aux libertés fondamentales, celles d’expression, de circulation… enfin toutes ces libertés qui paraissent si naturelles et évidentes et dont on se rend compte de la valeur, de l’impérieuse nécessité, quand on nous en prive !

Ceci dit, pour beaucoup, toujours, la gratuité est associée à une qualité plutôt faible : si c’est gratuit, ça ne doit pas valoir grand chose…

C’est parfois vrai.
Mais parlant des logiciels libres, ce n’est pas si simple… Pourtant, certains n’hésitent pas à affirmer : « ton logiciel libre, s’il est gratuit il ne doit pas être bien fiable… ». Suspicion de bugs, de limitation des fonctionnalités, d’absence de SAV, etc… Toutes critiques absolument étrangères aux logiciels propriétaires, comme on le sait ! 😀

Laissons de côté les « graticiels », et regardons de plus près les logiciels libres, gratuits ou non d’ailleurs.

Un logiciel libre, tout le monde en dispose et peut voir, contrôler et même modifier son code source, le programme écrit dans des langages informatiques connus de millions de développeurs dans le monde. Ce n’est bien entendu pas le cas des logiciels propriétaires, ou « privateurs » selon la Free Software Fundation.

Puisque tous ces développeurs peuvent analyser le code source, le commenter sur des forums, des blogs, des chats, etc…, rares sont ceux qui s’amusent à publier des logiciels ne tenant pas la rampe. D’ailleurs il existe une forte émulation dans ce domaine et au final si un logiciel n’est pas satisfaisant, personne ne l’utilise, au profit d’un autre mieux conçu et réalisé.

Ensuite, s’il n’est pas suffisamment abouti mais tout de même intéressant, ce sont d’autres développeurs qui contribueront à améliorer le logiciel. Ils sont ainsi des milliers à œuvrer concrètement pour le logiciel libre, pour la liberté du logiciel.

Qui aujourd’hui irait prétendre que Firefox ou Thunderbird de Mozilla, ou encore VLC, ne sont pas des logiciels de qualité ? Pour ne prendre que des exemples parlants pour les non initiés… Oui, oui, ce sont bien des logiciels libres.

Linux en est aussi un exemple frappant, bien entendu. S’il n’est pas encore très répandu auprès du « grand public », il faut savoir qu’il représente une très large proportion (env. 60%) des serveurs Web dans le monde, et qu’avec FreeBSD, un autre système libre, ils dépassent les 80% des plateformes serveurs Web…

Pourquoi ?

Parce que libre, gratuit et de qualité !

(Visité 171 fois, 1 fois aujourd'hui)

Répondre

Nom et adresse mail sont des champs obligatoires. Votre adresse mail ne sera ni publiée, ni transmise à qui que ce soit.

Le site i.d & l utilise des cookies à des fins statistiques anonymes et non commerciales.
Il vous est possible de vérifier et/ou désactiver le suivi réalisé par ce site en vous rendant ici.
En savoir plus sur les cookies sur le site de la CNIL...
Ok