Informatique durable ?

“Informatique durable”, qu’est-ce que ça veut dire ?

Si le développement durable c’est, en 3 mots, développer une activité économique tout en préservant l’environnement et l’équité sociale, il apparaît que pour l’informatique le paysage est plutôt vaste !…

Vaste d’abord parce que le développement économique du marché informatique maintient sa forte croissance, mais qu’il est loin, très loin d’être neutre pour l’environnement et pour l’équité sociale !
C’est ce qu’on appelle le Green IT 1.0 [¹][²], ou comment réduire les impacts environnementaux et sociaux négatifs engendrés par l’informatique elle-même.
“IT” signifie “Information Technology”, ou en français “Technologie de l’Information”, un terme auquel on adjoint souvent “et des Communications”. Et le terme français pour Green IT est “éco-TIC”.

Et vaste aussi parce que l’informatique, en tant qu’outil puissant —qui dirait le contraire aujourd’hui ?—, a aussi la lourde responsabilité de faciliter la mise en œuvre de démarches de développement durable dans les secteurs qu’elle sert. On appelle ça le Green IT 2.0 [³]
Par exemple, l’optimisation grâce à l’outil informatique des circuits de transport/logistique, un des gros responsables des émissions de gaz à effet de serre…

Concernant les différents impacts de l’informatique par elle-même sur l’environnement et le social, le 1er volet de l’histoire, ça vaut le coup de s’arrêter deux minutes sur ce que représente un PC du “berceau au cercueil”, ce qu’on appelle son cycle de vie.

Bien entendu, il faut de la matière grise (et des ordinateurs !) pour le concevoir, OK.
Mais il faut aussi des matières premières pour le construire, au rang desquelles on peut citer pas mal de métaux plus ou moins précieux, de l’eau, des gaz, des plastiques, des combustibles fossiles…

La fabrication d’un PC et son écran nécessite 1,8 tonnes de ressources :

  • 1500 litres d’eau industrielle,
  • l’équivalent de 240 kg de combustible fossile (principalement pétrole),
  • 22 kg de produits chimiques.

A titre de comparaison, la production d’un réfrigérateur ne nécessite que l’équivalent de 50 kg de pétrole pour une durée de vie 4 à 5 fois supérieure à celle d’un ordinateur.

Mais surtout, il faut avoir conscience que les étapes de fabrication, de transports et de traitement du PC devenu déchet électronique correspondent, en France, à 48 ans de son utilisation quant au CO2 émis pendant ces différentes étapes, 100 ans si on y adjoint l’écran plat. De récentes analyses du cycle de vie de modèles courants, produites par des constructeurs eux-mêmes permettent aujourd’hui de mesurer à quel point il est préférable, et de loin, de le faire durer son PC, non ?…

En 2008, le nombre symbolique du milliard d’ordinateurs personnels a été atteint et on n’attendra pas longtemps pour le doubler puisque c’est pour 2014…
Il n’y aurait pas comme une certaine boulimie de ce côté-là ? En tout cas pas autant que pour les téléphones portables, là le milliard c’est le chiffre des ventes mondiales par an !

Ensuite ces matières premières, ces métaux plus ou moins précieux, il faut bien entendu les extraire du sol, et là, ça se corse diablement. Le tableau n’est pas joli du tout : ces matières premières sont des sources de revenus pour des armées de fortune dans ces pays instables et en voie de développement, en Afrique notamment.
Ça donne par exemple des enfants envoyés dans les mines, au péril de leur santé, de leurs vies ! Au point même qu’à présent, enfin !, suite à des pressions d’ONG et des doutes aux Nations Unis concernant le marché opaque de l’étain, les sociétés d’exploitation et les marques comme Apple, Dell, HP, Sony, Intel ou Nokia s’associent pour mettre en place une traçabilité de l’étain. Et ce n’est qu’un exemple parmi des dizaines, voire plus sans doute, dans un PC il y a du cuivre, du cadmium, du mercure, du plomb, de l’or, …

C’est triste à dire, mais il y a aussi du sang dans nos ordinateurs et autres gadgets électroniques.

Mais ce n’est pas tout ! Si on allait voir de près les chaînes de montage des cartes électroniques et autres éléments bien cachés dans ces boîtes ? On change de région, on part en Asie, mais pas exactement celle des journées paisibles du littoral thaïlandais.

Pour faire court, une très large partie de la production des ordinateurs, toutes marques confondues, est réalisée en Asie, en Chine surtout, dans des conditions qu’on peut qualifier de dures : 12h par jour, 6 à 7 jours sur 7, dans des conditions d’hygiène et de sécurité très très loin des normes occidentales (inhalation permanente de produits toxiques à la clé) pour des salaires de misère, même chez eux !

Pas glorieux.

Et pour finir, au bout de quelques années, en moyenne trois dans les entreprises (cycle d’amortissement oblige), hop à la poubelle. C’est ce qu’on appelle les DEEE, les déchets d’équipements électriques et électroniques.

Et là encore, c’est assez catastrophique. Aujourd’hui, au mieux 13,5% des équipements électrique et électroniques sont collectés et recyclés.
Le reste ? A la benne, dans les décharges, ou, pourquoi pas ?, directement dans la nature.
Quand on sait qu’1 gramme de mercure pollue 1m³ de terre pendant 50 ans, ne nous étonnons plus de devoir boire l’eau en bouteille !

On peut aussi aborder ces exportations illégales de DEEE vers l’Asie et l’Afrique, tiens encore les mêmes coins !, malgré la convention de Bâle qui les interdit, mais reste impuissante face à ces filières illégales, mais si juteuses.
A l’arrivée, ce sont encore les mêmes qui démantèlent nos DEEE, petits business qui détruisent les écosystèmes et les santés.

Et i.d & l par rapport à tout ça ?

I.d & l s’inscrit donc dans une démarche développement durable par rapport aux activités informatiques parce qu’elle s’appuie sur ces matériels dits “obsolètes”, issus de circuits professionnels, correctement reconditionnés, garantis et dont la durée de vie est ainsi prolongée.

Car en prolongeant le cycle de vie du PC, on réduit la demande, et donc la production.
Aujourd’hui, c’est exactement l’inverse ! A changer son PC (son téléphone, sa télé, …) trop souvent, on « attise » la production (trop heureux !) et on file droit dans le mur.

Ensuite, ces PC reconditionnés deviennent accessibles à un plus grand nombre de bénéficiaires, car ils coûtent bien moins chers !
Et pour leur durée de vie réelle, il n’y a pas réellement à s’en faire. S’ils n’ont pas lâché dans les 2 ou 3 années précédentes, ils dureront probablement encore quelques années : on en connaît qui tournent encore parfaitement après 8 ou 10 ans d’utilisation quotidienne ! Et les pièces de rechanges foisonnent.

I.d & l propose sur ces matériels des solutions logicielles libres, performantes et correspondant aux besoins fonctionnels de ses clients. Par « construction », ce sont généralement les seules à pouvoir tirer la quintessence de ces matériels avec des résultats surprenants en termes de temps de réponse et de stabilité.

(Visité 2 761 fois, 1 fois aujourd'hui)
Le site i.d & l utilise des cookies à des fins statistiques anonymes et non commerciales.
Il vous est possible de vérifier et/ou désactiver le suivi réalisé par ce site en vous rendant ici.
En savoir plus sur les cookies sur le site de la CNIL...
Ok